MILLIONNAIRES > Mark Zuckerberg

Mark Zuckerberg

L’enfant terrible du web est un jeune milliardaire du web, à l’allure adolescente, qui dirige pourtant son royaume financier d’une main de fer et avec un enthousiasme réservé.

Né en 1984, il pèse quelque 4 milliards de dollars en 2010, et il y a fort à parier que sa carrière ne fait que débuter. Créateur du réseau social Facebook qui a explosé en quelques années, sa fortune personnelle est estimée à plus de 14 millions de dollars. En 2003, jeune diplômé de la Philips Exeter Academy, il rejoint Harvard, comme bon nombre de ses brillants camarades de classe. Passionné d’informatique, d’internet et extrêmement doué pour la programmation, il commence comme un jeu, en créant un premier réseau social, destiné à noter le sex appeal des étudiantes qu’il côtoie. Geek borderline, il pirate les serveurs de Harvard pour y subtiliser les photos des candidates.

Chaque internaute peut voter pour une fille. Le succès est fulgurant, en quelques heures le site explose, le bouche-à-oreille fait le reste, 22 000 connexions sont constatées en deux heures. La légende est en marche. Fort de son succès et de l’attrait pour les réseaux sociaux qu’il a constaté, il lance en 2004 Facebook, dans sa première version, réservée uniquement aux étudiants Harvard et introduisant petit à petit les autres universités. Petit à petit, il élargit le site, l’ouvre à d’autres secteurs professionnels, y rajoutant des fonctionnalités qui permettent rapidement de se trouver des amis, des connaissances communes, et de communiquer avec elle. Depuis 2006, date de son ouverture au large public, messagerie, murs, clic, j’aime, notifications, journal, le petit vocabulaire de Facebook est entré dans tous les foyers, ne s’adressant plus seulement aux étudiants.

Formidable réseau social Facebook étale la vie privée de ceux qui veulent bien se montrer, mais permet aussi de retrouver des connaissances qu’elles soient professionnelles ou amicales. Le réseau s’étend à travers le monde qui s’extasie. Il participe à la publicité personnelle de chaque individu, il permet de se retrouver par affinités et par intérêt qu’il soit culturel, géographique ou autre. La force de Zuckerberg et de son équipe est de cibler la publicité par selon les comportements internet de chacun et selon sa localisation dans le monde, même s’il est accusé de violation de vie privée, les annonceurs se bousculent pour s’afficher dans ses colonnes. En 2010, 500 millions de personnes ont un compte Facebook, il est l’un des 5 sites les plus visités au monde. Personnalité incontournable des médias moderne, Zuckerberg laisse flotter comme une odeur de souffre, que ce soit à cause de ses procès avec les frères Winklevoss et son ancien compagnon de chambrée, qui l’accusent tous, d’atteinte à la propriété intellectuelle. La limite entre ce qui se passait dans l’ébullition des chambres d’étudiants, l’envie de chacun à innover dans la technique informatique des réseaux sociaux et le fait que le premier Zuckerberg ai assumé la paternité de Facebook, reste une zone sombre, mais qui n’empêche pas de dormir le brillant et intrépide entrepreneur.

Il est élue personne de l’année en 2010, par le magazine Time pour avoir changé la manière d’exposer la vie des internautes, pour avoir propulsé la communication entre réseaux sociaux, et pour avoir réussi le pari de diriger, si jeune, une entreprise colossale. Travailleur acharné, Marc Zuckerberg ne s’endort pas sur ses lauriers. Son empire lui rapporte des millions certes, mais il continue de s’investir dans d’autres projets et d’apprendre, toujours apprendre, notamment le chinois pour pouvoir échanger avec ses internautes du bout du monde. Une personnalité hors norme pour une si jeune personne, mais qui va de pair avec son talent de visionnaire. Un exemple qui fait rêver les générations montantes de geeks et de passionnés du web.

MILLIONNAIRES > Mark Zuckerberg

Millionnaires du net

Copyright Millionaires.net © Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Regie publicitaire internet | Argent Webmaster | Abattement fiscal